Bureau du 23 septembre 2010

 

Présents : Mmes LAZAROTTO, BOURGEOIS, PERRUCHOT et JANIN-THYVOT,

Absents : Mmes TRONCHET ET M. SCHERRER

Excusé : M. BAILLAUD


1er POINT

Il est urgent de voir Véronique T. : le prévisionnel financier à présenter au prochain CA pour approbation. Chantal prend contact avec Véronique.


2ème POINT

Rappel des commissions :

Commission sociale : Françoise Lazzarotto, Marie-José Bourgeois, Chantal Janin-Thyvot, et Gisèle Durrieu.

Commission animation : Véronique Tronchet, Marie-José Perruchot, Chantal Janin-Thyvot, Bernard Scherrer et Samir El Irari.

Le but des animations est multiple :

Se faire connaître (des malades, des élus, des responsables d’actions sociales, des sponsors etc…)

Rencontrer des gens qui sont susceptibles d’être malade ou de connaître des malades

De réaliser des rentrées financières.

Comment faire ? Le fait que l’on ait de l’argent en caisse ne doit pas justifier le fait de ne plus faire d’actions ; en effet, il y a les autres points à réaliser. Sport et musique semblent être des pistes à étudier ? On a été très déçus du désistement des rugbymen d’Oyonnax… La professionnalisation gêne la spontanéité du don… Le sport a besoin d’argent et quand ils font une action, les rugbymen la font pour leur propre caisse. Cela peut se comprendre, mais il nous faut avoir de l’imagination pour trouver autre chose. On est tous d’accord pour dire qu’il vaut mieux une seule manifestation importante qu’une multitude de petites qui nous épuisent et rapportent peu. (réflexion de Chantal en dehors du CA : une manifestation tournante dans les différents départements, une année après l’autre pour qu’on parle de nous ? Cela reviendrait tous les 3 ans et lasserait moins les locaux ?)


3ème POINT

Le site internet.

De l’avis de toutes, il est devenu obsolète, même si on remercie Samir et son frère de nous l’avoir créé.

Il faut le remettre au gout du jour et surtout le réactualiser. Les « liens » ne fonctionnent pas toujours (ex celui de la maison l’étape !)

Chantal est chargée de trouver un professionnel car, si on a un site, il faut qu’il soit une image positive de notre Association.

Toutes les suggestions seront les bienvenues ; Chantal centralise et fait faire des devis.


4ème POINT

La Convention avec l’AHVN.

Il y avait une bricole à corriger dans la formulation. Dès que celle-ci sera faite, le document sera donné à Mr Waille Président de l’AHVN pour qu’il la signe avec Françoise Lazzarotto pour notre Associaiton et Didier Bachelet pour le Centre de St Lupicin.


5ème POINT

Précisions sur le montage des dossiers pour rentrer à l’ETAPE

Françoise reçoit des appels téléphoniques pour demander l’état d’avancement des dossiers présentés par notre Association. Elle est désappointée car elle ne sait quelle réponse donner quand ces dossiers ont l’air de traîner.

Toutes nous pensons que notre Association doit pouvoir effectuer un suivi de chaque demande de nos adhérents.

Pour le dernier dossier qui a été envoyé, à notre demande, à une de nos adhérentes, nous allons suivre le cheminement afin de voir comment nous pouvons effectuer ce suivi : faut-il que le dossier une fois complet nous repasse dans les mains afin que nous puissions l’envoyer à la MDPH avec une lettre d’accompagnement ? Cela justifierait qu’après nous ayons accès à l’information sur l’évolution du dossier ?

En attendant Denise va essayer d’avoir des nouvelles d’un dossier grâce à sa connaissance d’une responsable de la MDPH.


6ème POINT

Discussion libre autour de notre implication dans l’AHVN.

Françoise regrette le manque de sorties et d’animations au Centre. Les malades qui la connaissent s’en plaignent. Au Conseil de la Vie Sociale, les gens n’osent pas s’exprimer et c’est dommage car les choses n’évoluent pas.

Françoise se demande si lors du budget, on verra une évolution concernant les cuisines suite aux remarques concernant la qualité de la nourriture ?

Quid aussi des interventions d’un neurologue ?


7ème POINT

Françoise insiste sur l’implication nécessaire de tous les administrateurs dans le lien avec les malades. C’est vrai qu’elle a toujours tout assumé jusque là. Mais en adhérents à l’association nous étions venus pour lui donner un coup de main au niveau organisation et pas forcément pour être au service des malades comme elle l’entend. Nous entendons son message de besoin de soutien : si nous voulons bien essayer d’en faire plus, nous ne pourrons pas donner autant qu’elle le souhaite… La bonne volonté de chacun s’additionnant, on doit arriver à apporter une aide à nos malades.


FIN DE LA REUNION

Laisser un commentaire